tombes
dans la vitre du 25ème étage ton reflet trébu-
ché, RayBan noires, complet Kenzo, chemise
Ralph-Lauren, Church en veau, lacets défaits,
tu appelles, l’haleine sèche, le vent dans les
cheveux TA COUPE TA BELLE COUPE MANIATIS ZERO DEFAUT EN DESORDRE, tu rappelles, smartphone noir vissé à l’oreille, dans la vitre du 25ème ton reflet déformé cherche à répondre, tu lui fais signe, entre tes lèvres le sifflement du vent, il t’ignore, entre tes dents pendus comme à des crocs d’acier tes slogans inutiles, il t’ignore, tu cries, t’étouffes, le vent brûle tes poumons, sèche les mots dans ta bouche, tu hurles, aphone, plus de batterie, les smartphones dernier cri tu le sais consom-ment trop tu

t’effondres
au 20ème étage, employé modèle jusqu’alors
appliqué, jusque là impliqué, bien noté,
jusqu’alors investi, jusqu’alors utile &
confiant, toujours prêt AS-SOON-AS -POSSIBLE PRÊT prêt jusqu’alors gagnant, jusqu’alors leader, tu dois faire mieux, différemment, apprendre à travailler, t’adapter au changement, mieux cerner ton projet, t’affûter, te secouer, préparer ton bilan, d’aptitudes, annuel semestriel trimestriel menstruel, c’est urgent ZERO DELAIS
préparer ton évaluation, évaluer ton savoir-




47


communiquer, ton savoir-paraître, ton savoir
-parler, ton savoir-obéir, ton savoir-être, tu ne
sais pas, comprends pas, comprends plus, ne
sais plus être, n’es plus tu

chutes
dans la vitre au 15ème tu croises ton visage,
des écailles de peaux mortes sur le front,
plaques de nervosité, poches de graisse sous
les yeux, cernes d’aigreur, lèvres pincées,
blanches bleues, barbe éparse rêche, joues
grises, pores ouverts DEMAIN T'ARRETES DE FUMER pantin sans relief, pantin modeste,
pantin sans classe, pantalon droit discount,
chemise sévère discount, chaussures synthé-
tiques discount, socquettes tricot de corps
discount chapelet criard de MADE IN CHINA tu
 
glisses
au 10ème étage un reflet d’ouvrier, cernes
violettes, bleu de chauffe délavé rapiécé,
surimpression grotesque du complet Kenzo
qui derrière la vitre pointe sourire coupant un
graphique sur le mur - les cours en bourse de
l’usine TON USINE - il mord la ligne blanche, lui
brise l’échine, la scinde en fracas de chiffres,
tu ne peux rien faire, le geste est trop rapide,
elle craque puis s’effondre, roulis d’euros
silencieux qui dévalent en pluie sèche dans
ton dos, nul témoin, nul projecteur, le crime
parfait, des cours qui s’envolent une course


48










accueil

catalogue

nouveautés

facebookactus

les auteurs

commandes

contact

liens